L’anglage : l’étape de finition minutieuse

Anglage horlogerie artisanal

La fabrication des montres implique le recours à de nombreuses techniques. Les horlogers désireux d’obtenir des modèles uniques à la finition parfaite n’hésitent pas à faire usage de la technique de l’anglage. Généralement utilisée comme technique de finition très minutieuse, cette technique s’exécute de façon très singulière.

Que faut-il savoir sur l’anglage ?

Dans le domaine de l’horlogerie, l’anglage est l’étape de finition méticuleuse qui contribue de façon considérable à l’esthétique du mouvement et à la réduction des risques de corrosion. Il accentue les bordures des pièces et participe à la création d’un jeu de lumière. Lorsqu’il est fait manuellement, l’anglage donne un caractère authentique et artistique à la pièce.

L’anglage vise aussi à la suppression des arêtes et à la formation d’un biseau qui devra par la suite être raffiné. De façon générale, le biseau doit être incliné à 45 °. L’anglage est très pratique en ce sens puisqu’il facilite l’élimination de tout ce qui n’est pas beau et qui pourrait empêcher une marche optimale de la mécanique. Pour qu’il soit réussi, il faut toutefois qu’il se conforme à certaines règles.

Ainsi, les angles doivent être réguliers et exempts de toutes traces d’encoches ou de torsion et le résultat final doit être soigné même après une observation à la loupe. De même, le polissage doit faciliter les reflets lumineux et le parallélisme des arêtes doit être bien respecté.

Quelles sont les méthodes utilisées pour réaliser l’anglage ?

Pour réussir l’anglage, deux méthodes sont essentiellement utilisées par les horlogers.

C’est ainsi que d’un côté, on distingue la méthode moderne et celle qui est artisanale. Cette dernière, comme son nom le sous-entend, s’effectue à la main et elle nécessite aussi bien du temps que du talent. En effet, dans certains cas, le travail peut s’étendre sur une dizaine d’heures. Le plus souvent, ce sont les limes et les pierres fines qui sont privilégiées pour effectuer ce type de tâche.

En ce qui concerne la méthode moderne, elle est beaucoup moins complexe dans le sens où elle est notamment réalisée par des machines. Ainsi, les angles peuvent être obtenus par usinage avant d’être polis de façon chimique, mécanique ou grâce à des brosses. Cette façon de s’y prendre est idéale pour les productions en série.

Quant à l’étampage, il consiste à la formation et au polissage direct des angles. Très rapide et adapté aux grandes productions, il est assez rentable.

L’anglage permet essentiellement d’obtenir des coins sortants, arrondis et rentrants. Si les deux premiers peuvent être réalisés à la machine, tel n’est pas le cas des derniers dont la fabrication se fait uniquement de façon manuelle. Ils nécessitent donc un grand savoir-faire ainsi que des mains habiles.