L’histoire de la montre de poche

Montre de poche

Origine des montres personnelles

Au début du XVIe siècle, les bases ont été jetées pour les montres personnelles, les montres-bracelets et les montres de poche. Peter Henlein à Nuremberg a remplacé le moteur à poids par l’invention du ressort royal comme force motrice de la machine. Cela a permis de fabriquer des montres plus petites. Les premières montres portables apparaissent donc en complément des cadrans solaires, des klepsids ou grandes horloges déjà existantes. Elles étaient utilisées comme pendentifs ou stockées dans un sac pliable.

La précision et la ponctualité des pièces laissaient à désirer. Tout au long du XVIe siècle, l’Europe a connu un énorme développement et de nombreux ateliers importants ont été créés. Il y avait trois zones principales : la zone allemande, avec les ateliers de Nuremberg et d’Augsbourg, la zone italo-flamande et le territoire anglais.

Le clergé a été le premier à avoir ces montres “semi-portatives”. Bientôt, la noblesse et la royauté se joignent à leur recherche, subventionnant même les nouveaux brevets et inventions des maîtres horlogers. Dans le cas de l’Espagne, l’empereur Charles V et son fils le roi Philippe II ont fait confiance au maître horloger Hans de Evalo. Ils l’ont chargé d’acquérir et d’entretenir les pièces importantes de leur collection.

Les différents ateliers européens se sont longtemps fait concurrence pour mettre en place les mécanismes les plus avancés et les plus surprenants. L’objectif était de créer un objet mécanique capable d’accomplir la tâche tant désirée de mesurer le temps. Le “coq” ou pont qui protège le volant est une pièce essentielle qui a été inventée au XVIe siècle. Tout comme le régulateur d’échappement (pour réguler la force motrice), autre pièce essentielle qui est née à cette époque. Le plus ancien coq est connu sous le nom de “foliote”.

Une montre de poche considérée comme un objet de luxe

Les premiers exemples de montres “portables” (plus que des montres de poche) présentent généralement des boîtes richement ouvragées en laiton doré ciselé avec une décoration de goût maniériste tardif basé sur des nus féminins et des motifs végétaux. Les cadrans, qui ont également des couvercles en laiton ou en cristal de roche, ont une seule aiguille qui indique l’heure. Le mécanisme est un échappement à palette plutôt rudimentaire, bien que magnifiquement décoré, et comprend des dispositifs très appréciés à l’époque, comme la sonorisation, une boussole ou un cadran solaire. L’Allemagne était l’un des principaux ateliers de l’époque et on sait que l’atelier de Mattheus Greillach était actif au XVIIe siècle.

Les premiers exemples avec une aiguille des minutes se trouvent en Angleterre. A la fin du XVIe siècle pour être plus précis.

En ce sens, vers 1700, l’Angleterre en est venue à occuper un rôle hégémonique. Le mathématicien Nicolas Fatio a découvert la façon de travailler les pierres précieuses pour les adapter à l’usage de l’horlogerie. Les pierres précieuses telles que les rubis sont beaucoup plus résistantes à la friction et à l’usure que les métaux. C’est pour cette raison que Fatio s’est installé à Londres pour breveter sa technique en 1704. Les machines munies de rubis apparaissent donc dans l’histoire de l’horlogerie. D’autres maîtres horlogers tels que George Graham et Thomas Mudge ont apporté de grandes inventions au monde de l’horlogerie. Des exemples de cette période ont été mis aux enchères lors de ventes aux enchères de montres de poche, atteignant des parts de marché comparables à celles de ventes aux enchères de renommée internationale.

Valeur esthétique des montres

Une autre particularité que nous devons également à la cour britannique, est le mécanisme de répétition des trimestres. Cela permet de lire l’heure dans le noir grâce à un système de sonorisation délicat qui marque les heures et les quarts. Les copies ont généralement un design raffiné en argent ciselé et ajouré qui facilite la propagation du son.

Les Français ont répondu à cette suprématie anglaise en vantant la valeur esthétique de leurs montres. Ainsi, le raffinement des montres de poche françaises était sans égal à l’époque. Les rois étaient les principaux clients des montres. Dans le cas de Louis XV, son horloger le plus illustre est Julien Le Roy, dont les montres ont pu être vendues aux enchères. Et aussi le plus célèbre de ses fils, Pierre Le Roy.

En 1730, un autre élément fondamental apparaît : la châtelaine ou castillane. Il s’agissait d’une plaque de différents formats, en or, en argent ou en d’autres métaux, richement ornée de diamants et d’autres pierres précieuses, à laquelle on pouvait accrocher la montre de poche à la taille. Ces châtelaines sont très demandées dans le monde des collectionneurs d’aujourd’hui et plusieurs riches spécimens ont été vendus aux enchères.

Consolidation de l’utilisation de la montre de poche

À la fin du XVIIIe siècle, en plein chaos politique en Europe, des modèles de montres de poche de plus en plus somptueux ont commencé à être fabriqués. Les progrès techniques sont allés de pair avec les progrès décoratifs, et la beauté des pièces est devenue plus importante. On y trouve des modèles gravés, ciselés, émaillés, avec des pierres précieuses et bien d’autres matériaux nobles.

À cet égard, la Suisse a assumé un rôle de plus en plus important par rapport à d’autres grands centres horlogers comme Paris et Londres. Depuis lors, l’industrie s’est progressivement déplacée à Genève et continue de le faire aujourd’hui. À cette époque, la demande de montres augmentait et de nombreux horlogers suisses combinaient leur travail dans l’atelier en hiver avec le travail agricole en été. Cela a conduit à la création d’ateliers domestiques traditionnels dans lesquels le métier était transmis de génération en génération.

En même temps, la diffusion des gravures et des émaux à motifs était cruciale pour la propagation de la nouvelle esthétique de l’époque. Les finitions ne sont pas à envier à celles réalisées dans les ateliers de Paris. Nous avons trouvé une combinaison de techniques d’émaillage opaque, translucide et cloisonné, qui comprenait également des incrustations de pièces d’argent et de pierres précieuses.

Des modèles de montres moins lourds

Parallèlement à cette profusion dans la décoration, on a eu tendance à faire des modèles de moins en moins lourds et plus pratiques, pour cette raison et comme nous avons pu le constater sur de nombreuses montres, l’essentiel de la décoration est reléguée aux couvercles, les cadrans étant un disque blanc lisse sur lequel l’heure peut être parfaitement lue, et qui ont des aiguilles très fines.

Le génie qui a établi la norme à partir de ce moment a été le Suisse Abraham Louis Breguet (1747-1823), car parmi les autres inventions qui ont jeté les bases de l’horlogerie actuelle, il faut souligner l’invention du tourbillon, avec lequel on a tenté d’empêcher les déviations du mouvement de la montre lorsque son centre de gravité était déplacé. Un tournant important a eu lieu lorsque, lors de la Grande Exposition de Londres en 1851, la reine Victoria a pu admirer les premiers modèles de tourbillon sans clé au monde.

La révolution industrielle a entraîné un changement radical : l’horlogerie artisanale a été transformée et industrialisée. Aux États-Unis, la société Waltham a développé des systèmes de production en chaîne avec des processus de standardisation. Pour la première fois, les montres étaient faites de pièces interchangeables. Dans le même temps, des machines électriques de haute précision seront inventées pour éviter autant que possible les erreurs et les imprécisions du fabricant. L’industrie horlogère suisse va s’adapter et intégrer ces changements pour se les approprier. Bien que le XXe siècle serra celui du développement de la nouvelle montre dite la montre-bracelet, vous trouverez encore des spécialistes de la Montre à Gousset qui reste et restera un objet recherché et apprécié pour ses caractéristiques vintage et mécanique.